Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 450
Date d'inscription : 14/03/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateurhttp://owly.forumactif.com

Save Me 2.0

le Mar 27 Juin - 21:19
Save Me

2.0


Contexte :

En 2019, de nouvelles élections présidentielles ont eu lieu dans la péninsule d'Hong Kong. Au bord du gouffre, les citoyens ont à l’unanimité élu le représentant qui leur semblait le mieux, sans se douter que celui-ci n'était autre qu'un pantin de la Mafia. C'est ainsi que le pays s'est peu à peu fermé au monde pour devenir une dictature où seuls les plus riches peuvent survivre.

Seulement eux ? Pas si sûr. Il existe un moyen pour les pauvres de ne pas sombrer. Le pays propose d'intéressants prêts, ils sont attractifs, semblent honnêtes et permettent aux politiciens de faire tourner l'économie. C'est sans doute pour ces raisons que la majeure partie de la population se laisse prendre au jeu, empruntant d'imposantes sommes à l'Etat.

Jusque-là, tout va bien. Enfin, ça, c'est avant que les pauvres ne puissent plus rembourser ces crédits qui les ont tant séduits.

Une deuxième chance ? Un temps supplémentaire ?

Non, aucune de ces solutions n'est proposée. Lorsque les habitants se retrouvent criblés de dettes, une seule solution s'offre à eux : se vendre.

Dès son arrivée au pouvoir, la Mafia a mis en place un système très astucieux, sous forme d'agence. Celle-ci est connue de tous, certains aiment la fréquenter pour satisfaire leur moindre envie, tandis que d'autres préféreraient ne jamais avoir à s'y rendre.

Pour les personnes surendettées, il suffit de se rendre, de gré ou de force, à cette agence nommée Private Blossom, afin d'y remplir un formulaire. Une fois ce dernier signé, le citoyen passe officiellement au statut de Doll. Il ne lui reste alors plus qu'à attendre qu'un(e) riche entrepreneur(euse) qui deviendra son Owner ne vienne l'acheter, remboursant ainsi sa dette. Ils remplissent ensemble un contrat sur lequel il est stipulé que le Owner aura tous les droits, aussi bien physiques que moraux, sur la Doll ce qui les lie alors pour une durée indiquée sur le-dit contrat. La Doll devra alors une obéissance totale envers son Owner, sous peine de briser les règles du contrat, ce qui entraîne alors une exécution pour l'exemple.


Persos :

Jinhyun :

Jinhyun, 16 ans, fait partie avec sa famille de la classe la plus pauvre de la ville. Il ne s'en était jamais plaint, sachant que malgré le manque d'argent, sa famille était heureuse. Cependant, quand le gouvernement s'est mis à proposer des prêts, ses parents ont sauté sur l'occasion, pensant essayer de lancer une affaire qui, malheureusement, a échoué. Le seul moyen de rembourser était de devenir Doll. Une réunion de famille amena à la conclusion que c'était lui qui devait partir. Alors, il rejoignit l'agence.
(Je me rends compte que j'ai toujours été nulle pour les inscrip' en vrai x))

Dakho :

Dakho, 19 ans
(aura sa jolie description quand il apparaîtra dans le RP)


Chul:


Daniel:
avatar
Messages : 442
Date d'inscription : 15/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 1:06



     "Est-ce que c'est si définitif que ça? Enfin, je veux dire, est-ce que c'est pas mieux que les gens en profitent et qu'on arrête de s'inquiéter de qui ou de quoi ? Des crimes y'en a partout mec! C'est dingue l'histoire qu'il en font! dis-moi, hey, hey, dis-moi t'es pas d'accord? Est-ce que tu t'en fous? Son interlocuteur répond par un rictus qui lui échappe. Ouais, tu vois, tout le monde s'en fout et pourtant tout le monde en parle! Y'a que ça!"

Le locuteur renifle un coup et baisse les yeux sur les écrans qui grésillent sous les néons de l'antiquité du quartier, une vieille boutique d'électroménager principalement orienté vers le brun et l'informatique depuis le flop de sa création. La baraque était à peine construite que l'affaire avait coulé. Pourtant il y avait du potentiel, ça oui, début 2000. Il relève les yeux vers le jeune à qui il parle depuis plus d'une heure déjà, lui debout et l'autre assis. Il sait qu'il ne l'écoute pas, ou qu'il le fait en silence. On ne peut jamais avoir de réelle conversation avec lui, comme l'amour, un sens unique, jamais de cycle, que des questions, affirmations ah parfois une réponse, deux ou trois, une dizaine si c'est un beau jour -jour de pluie par paradoxe. Ce gars est un sacré paradoxe.

"Hey, pourquoi on en profiterait pas nous aussi?
-Hein?
-Pourquoi on en profiterais pas?
-Tu rigoles. Arrête un peu."

Le gars se lève, écrase le mégot qui vient de rejoindre le sol et laisse glisser ses mains froide dans les poches de sa veste, la broue de son souffle chaud s'écrasant violemment dans l'air. Il est tard, il fait froid. La migraine lui bousille le crâne tandis que l'autre n'arrête pas de surenchérir les arguments de sa demande. Au diable les arguments. Qu'on libère un gosse un point c'est tout. Il pourrait mal comme bien tomber, qu'importe, le but ce n'est pas lui mais sa famille. Cela fait dix minutes qu'il s'égosille que tout le monde s'en fout -et lui encore plus- alors à quoi  bon continuer à faire chier son monde. Chul fait chier son monde. Il fait toujours chier son monde. A jouer l'adorable. Chiot.

"Arrête de couiner. Fais ce que tu veux. On rentre, il gèle."

Et dieu sait que le chiot a ce sourire imbécile collé aux commissures.
Paradoxe, paradoxe ce gars. Le bavard avise le dos du jeune, brun, qui pousse la porte de l'immeuble juxtaposé à l'Antiquité. Cela fait bien cinq ou six ans qu'ils se connaissent, un peu avant le barda et toute la clique mafieuse. Ils étaient encore au lycée quand c'est arrivé, en 2019, il y a trois ans de cela. Depuis, depuis, ah depuis l'un squatte chez l'autre. Ça s'est fit naturellement. Ce qui est bien avec Dan, c'est qu'il est bouffé et que, les trois quart du temps, il est trop fatigué pour lutter, alors il se coltine le plus jeune sans le foutre à la porte parce que quand même, ça s'écrase pas la compagnie. Même s'il répète qu'il n'en veut pas, ça crève, l'être entier quand on le regarde là, par terre ou debout, la peau arrachée, l'arcade ruisselante, les phalanges ecchymoses et grinçantes. Pire encore quand il nous regarde, avec cet air qui ne lui appartient pas. Il y a beaucoup de choses qui ne lui appartiennent pas même sa vie, il le dit. "Ça n'a jamais dépendu de moi". Il choisit pas, Dan. Il ne subit pas non plus. Dan, Dan c'est un paradoxe complet. Et il est bien content de l'avoir trouvé. Puis il y a ce truc là, ce truc qui fait que, de toute façon, il a beau dire, jamais il ne le flanquera à la porte.
avatar
Admin
Messages : 450
Date d'inscription : 14/03/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateurhttp://owly.forumactif.com

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 8:29
Jinhyun soupira en voyant ce que serait sa chambre jusqu'à ce que quelqu'un se décide à l'acheter. Elle était plutôt petite et ne contenait que le stricte nécessaire : une table basse et un lit ainsi qu'une minuscule salle de bain adjacente qui comportait une cabine de douche, un lavabo et des toilettes.
Il était arrivé dans la matinée et, le temps de remplir toutes les formalités et la paperasse, il était déjà quinze heures. L'adolescent songea au fait qu'il ne pourrait pas voir sa famille pendant un bout de temps sans pouvoir éprouver autre chose d'autre que du soulagement. Il les détestait tellement en ce moment qu'il aurait été capable de les frapper s'ils étaient venus. Pourtant, il adorait ses parents. Mais, comme personne ne pouvait vraiment aller travailler pour cette agence et devenir une Doll, ils avaient fait une réunion qui amena aux conclusions suivantes : Sa mère portant un enfant ne pouvait pas le devenir, son père était celui qui ramenait de l'argent à la maison donc ça ne pouvait pas être lui non plus et son petit frère de quatre ans était bien trop petit pour ça. Il ne restait alors plus que Jinhyun et son jumeau Junhong. Jusque-là, ils étaient inséparables. Toujours fourrés ensembles. Ils ne pouvaient pas vivre l'un sans l'autre. Mais ils n'eurent pas le choix. Des deux frère, Junhong avait toujours été le plus doué en tout. Jinhyun n'en avait jamais été jaloux car après tout, il s'agissait de son jumeau adoré. Malheureusement, à cause de cette facilité dans tout ce que Junhong entreprenait, les parents n'avaient pas hésité cinq minutes sur lequel des jumeaux donner à l'agence et, bien qu'il n'en montra rien, Jinhyun en fut profondément blessé. Il se sentait juste trahi. Ce n'était pas le fait de devenir une Doll pour sauver sa famille qui le gênait, ce qui l'avait fait pleuré toute la nuit, c'était le fait que personne n'avait hésité pour dire que c'était lui qui devait partir.
Secouant la tête pour ne plus penser à ça, le garçon entreprit de poser sa valise et de s'asseoir sur le lit, ne pouvant qu'appréhender sa nouvelle vie.
avatar
Messages : 442
Date d'inscription : 15/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 13:10
Un courant d'air traverse le salon et refroidit la pièce, caresse l'échine des deux garçons, assis autour de la table de la cuisine. Dan jette un œil au plus âgé par dessus son journal. Il est silencieux, muet. C'est bien un des seuls moments de la journée, Chul ne se tait qu'à l'aurore, quand il boit trop ou quand les grandes chaînes payantes décident de réfuter leur abonnement, manque de moyen. Dan ne comprendra jamais vraiment cette lubie avec la télévision, télévision pour laquelle ils se sont battus et comme d'habitude, c'est le propriétaire qui avait échoué. Chul est un sacré garnement. Mais là, il se tait, et c'est bien une paix potentielle qu'il lui offre. Son café refroidit, le brun baise les yeux sur son journal. On y parle encore de cette maudite agence, de ce business en augmentation permanente comme les impôts et les possibilités D'emprunt, d'ailleurs. Ça marche plutôt bien leur affaire, à ces mafieux. Parfois il regrette de s'en être dégoûté. Quelques familles en ruines, les dernières pages évoquent de récentes affaires. Bah. Des crimes, des crimes, il y en a partout. Le papier négligemment plié et reposé sur la table, le garçon s'empresse de terminer son café, froid, les yeux tournés vers l'extérieur. Du soleil, quelques rares nuages, inattendu pour un hiver. Mais les températures restent rudes, il n'a pas encore neigé. Bientôt sans doute.
Chul l'avise du haut de sa chaise, sur laquelle il pose à peine les fesses, penché sur la table, les deux coudes reposant sur cette dernière, un bol dans les mains. Il s'est levé plus tard, sa tasse est encore chaude. Du thé, avec un peu d'alcool. Ça arrive parfois, qu'il en rajoute, très peu néanmoins. Il avise son congénère, les yeux dans le vague.et songe à cette journée. On est Samedi, le samedi est parfois rude, parce que ce gars, ce gars, il travaille six jours sur sept et rarement moins. Et qu'en fin de semaine, rien n'est jamais stable. Le plus âgé se demande si cela en vaut la peine de se lever tôt et d'aller chercher un gamin avant midi. Il se demande même si ça en vaut d'aller piquer de l'argent chez ses parents. C'est pas grand chose, certes. Même pas un quart d'un salaire mais c'est ce qu'il manquait. Dan lui avait proposé de payer le loyer seul ce mois-ci, afin qu'il puisse user de son salaire; parce qu'ils travaillaient tous les deux, l'un moins que l'autre; dans cette affaire là sans vraiment chercher à comprendre pourquoi. Les Hommes ne sont si des objets ni des choses concrètes, avait-il dit. Abstraite est le mot, humaines en est un autre. Parfois on dit que les Hommes ne sont pas humains et Chul s'apprête à dire qu'il est vrai mais se ravise, parce que les crimes sont humains. Alors parfois il ne comprend pas toutes ces questions, tous ces mots. Tout de même, il sait que quelqu'un de plus est nécessaire ici.   Les deux ne s'inquiètent pas du confort. Il y a assez de place dans cette maison pour trois, un canapé, clic-clac en soit, et un lit, ils peuvent accepter de dormir ensemble, ce n'est pas comme s'il ne se retrouvaient pas au même endroit assez souvent pour avoir pensé à vendre le plus cher des deux meubles. Dan est trop doux. Trop sage. Quoi que. Mais il permet beaucoup.
"J'y vais"

Ça le tire de ses pensées. La chaise a raclé le sol, l'eau a giclé dans la tasse, lui a retiré le fond de café pour retomber dans l'évier et les vêtements se sont frotté. Dan se tient là, à rajuster le col de sa veste, un regard en biais quand il s'est adressé. Ils se toisent et rien d'autre n'est dit, la porte se referme sans claquer, doucement. Un frisson court sur son épiderme. Le plus âgé referme la fenêtre, nettoie son bol et le range. Il s'apprête sans se doucher, pull à col, veste, jean, chaussures, porte-feuille et le voilà qui sort et referme la porte à clef. Le couloir est vide, hormis une femme qui grimpe là les escaliers, trainant un sac et un balais. Elle le fait chaque matin pour se rendre au troisième, un étage plus haut, afin d'accomplir le peu de métier qui lui reste. Le vieux du troisième, parce qu'il n'y en a qu'au rez-de-chaussé, est assez fou pour habiter là, sans sortir depuis que l'ascenseur est en panne. Ce sont ses enfants qui, faute de le mettre autre part, ont engagé quelqu'un pour s'en occuper. Il lutte le vieux. Enfin, le jeune homme dévale les escalier et sort, l'air frais lui butte le visage et un coup de vent se glisse dans ses cheveux argentés. Quoi qu'il en soit, il se presse pour rejoindre le métro qui se situe à quelques rues de là. Il ignore réellement où il va, ou plutôt comment il y va. Dan et lui ne sont passés qu'une fois devant le Fameux. Et encore, cela se confondait avec le reste du quartier. Huppé. Évidement.
avatar
Admin
Messages : 450
Date d'inscription : 14/03/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateurhttp://owly.forumactif.com

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 21:38
Jinhyun tournait en rond dans sa chambre. Il ne savait pas quoi faire et son frère jumeau lui manquait horriblement. Cette sensation de solitude s'emparait de son être et lui serrait le cœur. Il avait envie de pleurer. Sans Junhong, il n'était pas sûr qu'il arriverait à survivre. Il avait besoin de lui à un point que personne ne pouvait s'imaginer. Son jumeau, c'était son oxygène ; sa raison de vivre, sa dose de bonheur et encore bien plus. Comment pourrait-il sourire sans lui ? Pourtant, il allait bien falloir s'il voulait avoir une chance d'être acheté et ainsi de rembourser les dettes de sa famille. De cette famille qui semblait d'ailleurs n'en avoir rien à faire de lui vu qu'ils l'avaient presque mis à la porte de sa propre maison, abandonné à des hommes aux regards lubriques qui ne devaient pas avoir des idées très catholiques dans la tête.
Au final, il ne savait même pas s'il pourrait les revoir un jour.
Décidant d'arrêter de broyer du noir, l'adolescent sortit de la pièce et descendit les quelques étages qui étaient réservés aux Doll pour rejoindre le bar où ses congénères et de futurs Owner venaient se saouler. Ou se désaltérer, tout dépendait de la façon dont le voyait.
avatar
Messages : 442
Date d'inscription : 15/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 22:01
Il patienta cinq minutes l'arrivée d'un train, tint debout une bonne trentaine de minutes pour enfin déboucher sur la rue bondée. L'air frais lui frappa à nouveau le visage et les mains, qu'il s'empressa de réfugier au fond de ses poches. Il traversa rapidement, zigzaguant entre les voitures arrêtés devant le passage. Il compta cinq bâtiments à partir de sa présente position et avisa l'immeuble qui se dressait sous ses yeux. Il n'avait rien de l’architecture de l'ancien quartier financier. Les murs paraissaient plus irritants, les fenêtres moins grandes et la porte plus lourde. Non pas qu'il s'agisse d'une prison, non, ce lieu lui semblait étrangement familier. Trève d'observations, il s'empressa de pousser la porte et de balayer la salle du regard, se dirigeant à pas lent vers le bar, ou l'accueil, tout est relatif.
avatar
Admin
Messages : 450
Date d'inscription : 14/03/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateurhttp://owly.forumactif.com

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 22:11
Jinhyun était au bar, discutant légèrement avec une autre Doll. Un garçon aussi. Ce dernier avait la vingtaine et était ici depuis trois jours. Personne ne l'avait encore acheté. Mais il ne perdait pas espoir, surtout après si peu de temps, car il devait à tout prix rembourser les dettes de sa famille, son père étant mort et sa mère trop faible pour pouvoir survivre aux traitements qu'ils risquaient de subir. Cette dernière phrase fit trembler Jinhyun. C'est vrai qu'il n'y avait pas vraiment penser jusque-là mais, s'il appartenait à une personne, il y avait de grandes pour qu'il en souffre, que ce soit moralement ou physiquement. Après tout, aucune personne avec un tempérament gentil ou quoi que ce soit dans le genre ne viendrait acheter une Doll. Il ferma quelques instants les yeux puis retrouva son sourire. Un sourire de façade, certes, mais qui rassura son compagnon du moment. Il ne lui restait de toute façon plus grand chose à perdre.

Le barman releva tranquillement les yeux vers le nouvel arrivant, repérant immédiatement le client potentiel.
-Je peux vous aider ?
avatar
Messages : 442
Date d'inscription : 15/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 22:19
Il resta un moment les yeux rivés sur une table d'homme riant à gorge déployés puis se tourna vers son interlocuteur. Ah. Oui. Qu'est-ce qu'il venait faire?
-Oui. Euhm, Bonjour. C'est pour adopter.

Étrangement, adopter avait été une utilisation des plus logiques et spontanée. Il ne voyait ni acheter, ni louer. On adopte. Du moins dans ces cas-là. Dans le sien. Les autres... Les autres ils appellent ça comme ils le souhaitent, ce n'était pas son affaire.
avatar
Admin
Messages : 450
Date d'inscription : 14/03/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateurhttp://owly.forumactif.com

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 22:38
Le barman haussa un sourcil. Est-ce que ce client était au courant que l'"adoption" était payante ? Après tout, il avait déjà vu de tout ici. Entre les psychopathes sadiques et les bisounours, il y avait le choix. Enfin bon. Ce serait, de toute façon, à la sécurité de gérer s'il y avait un problème.
-Dans ce cas vous avez juste à choisir parmi les dolls présents ici et à emmener votre choix dans le bureau du fond, la porte sur laquelle il est marqué "Contrat". L'agence se chargera du reste.


Jinhyun soupira. Au bout du cinquième verre, son compagnon de fortune commençait à tanguer alors qu'il était assis. Voilà qui promettait pour la suite. Surtout qu'il ne s'était jamais senti autant menacé que dans cette pièce, où chaque doll était soumis aux regards lubriques des riches, comme il avait commencé à les appeler - il avait préféré raccourcir vieux-cons-riches-pédophiles-et-psychopathes.
-'Me sens pas bien.
L'adolescent revint à la réalité et entreprit de demander un verre d'eau pour l'ivrogne à ses côtés. Verre d'eau qui lui fut immédiatement servit avec un cachet. "Pour atténuer les effets" qu'on lui avait dit. Boarf, pour ce qu'il en savait lui. En tout cas, l'autre ne rechigna pas à ingérer le tout.
avatar
Messages : 442
Date d'inscription : 15/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Save Me 2.0

le Mer 28 Juin - 22:52
Il hocha doucement la tête en reperdant son regard sur la salle, retenant une mine outrageante. Tu parles. Tu parles d'une affaire. Il détailla quelques hommes de haut en bas, tiquant aux vêtements de marques mal accordés, aux chemises-cravate mal boutonnée et nouées, aux vestes tantôt sur le dos tantôt déviante sur le bord d'un siège. La dérive, la dérive et il se fit violence pour ne pas stigmatiser la situation et les individus. Aussi, il balaya les jeunes et les plus vieux. Vendus, vendus, vendus, un peu bétails. Il se demanda s'ils avaient plus de femmes que d'hommes. Plus de biches que de faon. C'est d'une absurdité et d'une violence.
Ceux qui se présentaient déjà comme du bétail vendus subissaient -ou non, certains peuvent s'y plaire allez savoir- aux tables, sur les sièges, chaises et autre. On sortait et venait de la porte dite "Contrat". Un beau nom.
L'argenté s'assit sur un tabouret, au bar, s'appuyant contre le bois, s'attardant sur deux adolescents, deux places plus loin. La méthode lui paraissait bien étrange. On a beau dire, c'est la même pour les animaleries. Mais il a toujours eut cette conviction de devoir laisser le choix à l'autre. Parce que débarquer dans la vie d'un petit-grand être qui ne t'apprécie guère n'est pas le meilleur des moyens.
Contenu sponsorisé

Re: Save Me 2.0

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum